Le train à idées international

Panespol. Imaginación para la decoración. Paneles para paredes. Proyectos a medida

«Les idées, à l’image des fleuves, n’ont jamais une seule source.»

Willy Ley, ingénieur en aérospatiale (1906 -1969)

 

 

Tout comme de nombreuses entreprises florissantes, Panespol® est née d’une unique et lumineuse idée.

Néanmoins cela ne suffit pas, à moins que vous soyez disposés à vivre tôt ou tard une grosse déconvenue.

Afin de maintenir vivante l’étincelle, les idées doivent continuer d’éclore.

Mais alors …d’où jaillissent les idées qui inspirent la caméléonesque et toujours croissante gamme de revêtements Panespol®?

Le directeur artistique de la société, José Juan Leva Candela, avoue être lui-même surpris de ses sources d’inspirations qui donnent naissance à de nouvelles textures et finitions, ou des formes à partir desquelles, il devine quelles les surfaces de notre environnement ou de notre passé se situeront dans le classement des meilleures ventes d’imitations hyperréalistes.

«Ce qui finalement deviendra un succès arrive de la façon la plus étrange, sans aucune origine tangible»

déclare le directeur général de la société.

«Les formes et les finitions changent»,

«et les tendances surprennent. C’est la raison pour laquelle le pouvoir de l’inventivité est primordial.»

Et c’est bien cette même inventivité qui a propulsé Panespol® à ces débuts, coïncidant avec le changement de siècle, lorsque José Juan a présenté ses panneaux en polyuréthane destinées à l’habillage mural qui ont enthousiasmé le marché par son système léger, résistant et facile à poser comme un substitut indéniable des produits fragiles, lourds et difficiles à travailler qui étaient employés pour couvrir les mêmes surfaces.

José Juan interagit continuellement avec les tendances et avec l’élan de cette capricieuse qu’est la mode, en répondant aux exigences du secteur du design, tant pour le commerce que pour les professionnels, de disposer de solutions faciles pour l’aménagement d’espaces, allant de magasins dans les centres commerciaux aux hôtels.

«Une mode passe, une autre tendance s’impose…ou se déplace géographiquement. S’adapter aux tendances changeantes, à l’impact que provoque la nouveauté, aux modes les plus imprévisibles qui reviennent au goût du jour est un jeu à l’échelle internationale»

explique le directeur.

José Juan est un homme qui voyage souvent, mais il le fait bien plus lentement que d’autres dirigeants. Le train est son mode de transport préféré, car il lui permet de regarder les différents paysages, de visiter les villes et villages, de s’émouvoir à la vue des montagnes et des rivières. Cette façon de voyager est l’une des choses qu’il aime le plus.

«Quand je voyage, je m’imprègne des tendances jusqu’à ce que soudainement, une nouvelle idée surgisse »,

« Les trains sont géniaux.  J’adore y rencontrer des personnes et maintenir des conversations agréables. Je voyage en train à travers toute l’Europe. Le trajet allant de Zurich à Milan est fantastique».

En décoration et gastronomie, c’est un homme aux goûts simples. Il aime fréquenter les restaurants «ni trop éclairés ni trop sombres»; tandis que dans les hôtels, il apprécie « le caractère pratique, les chambres spacieuses et le minimalisme ».

Au retour, José Juan ramène avec lui ses idées qui passent par le bureau d’études pour être repensées, développées et soumises à la demande du marché. En définitive, l’itinéraire d’une idée à succès est déterminé par le client et, pour une entreprise qui s’enorgueillit de lui prêter l’attention qu’il mérite, les avis des clients est l’une des principales sources d’inspiration.

«Il arrive qu’une idée provienne d’un client, ce qui est une agréable surprise…mais les tendances sont, par nature, surprenantes et difficilement prévisibles»,

« Actuellement, en 2015, nous observons l’engouement pour les finitions en béton. Qui est capable de prévoir si cela va durer deux ans ou plus longtemps ? Après des années de passion pour la brique apparente… Qui aurait imaginé que, subitement, les personnes voudraient qu’elle soit peinte en blanc?»

Entre-temps, avec des milliers de kilomètres parcourus en train à son actif, ce directeur général, attendra patiemment que de nouvelles idées envahissent son esprit, en flânant à travers les rues de Milan ou Paris, en prenant un café à Zurich, en discutant avec un parfait inconnu à Barcelone ou Madrid… ou qui sait, assis à son bureau parlant avec vous, son client.